17 mai 2008

Charles Taylor et Blaise Compaoré, un lien de sang ?

L'ancien chef de guerre et bref chef de l'État libérien, Charles Taylor, a été extradé vers La Haye et son procès à débuter. Après quelques bribes dans les journaux, le procès ne donne plus d’échos.

Charles Taylor, après une pitoyable tentative de fuite  a été pris comme un vulgaire voleur par la police nigériane (à Gamboringala, à la frontière entre le Nigeria et le Cameroun). Ensuite, il fut extradé vers Freetown en Sierra Leone, lors de sa première audition par le tribunal, il a plaidé non coupable. Il doit répondre pour les nombreuses exactions et massacres dont il fut l’auteur et le planificateur : crime contre l'humanité et crimes de guerre sont les principaux chefs d’inculpation retenus contre l’ancien chef de guerre.

J’aimerais surtout revenir dans cet article sur les implications d’un jugement de Taylor… En effet, s’il doit y avoir justice, le tribunal aura-t-il les mains libres et voudra-il réellement que la vérité sorte ? Les nombreuses exactions commises n’impliquent  pas uniquement Charles Taylor, si l’on se rappelle le Pacte de sang et de terreur qui lie Taylor, Blaise et Kadhafi (le consortium dit de Paris, voir Noir Silence, La Françafrique ou le plus long scandale de la République…), la vérité ne pourra que difficilement émerger tant que Taylor sera seul face aux juges…

Son compère: Blaise Compaoré qu’il a aidé à supprimer Thomas Sankara en 1987 et toujours en place sur le trône du Royaume burkinabé, bafouant les droits de son peuple et semant la discorde dans les pays alentours et même éloignés (la liste et longue voir les condamnations de l’Onu sur le trafic organisé autour du diamant et des armes) Les complices de Taylor devraient être aussi à La Haye, la justice ne doit pas les épargner. Charles Taylor fait face à de graves accusations de massacres, de viols, de recrutement d'enfants soldats durant le sanglant et douloureux conflit qui a déchiré la région et principalement la Sierra Leone de 1991 à 2001. Par ailleurs, Taylor et ses acolytes on soutenus des groupes rebelles dans toute la sous-région pendant près d’une décennie (débutée en 1997 si l’on considère juste l’aspect de présidence). En Côte d'Ivoire et en Sierra Léone, l'ancien seigneur de guerre a pris une part active dans la guerre et son instrumentalisation. Taylor n’a jamais été un chef d’État au sens propre du terme mais plutôt un véritable lord of war. Le tribunal va aussi établir que Charles Taylor a fourni un soutien logistique et technique à plusieurs mouvements rebelles qui ont assailli les pays précités (la C.I. et la S.L. sont pourtant d'anciens alliés : H. Boigny, le vieux ayant été le point principal de naissance de l’ère Taylor-Compaoré et de leur sanglant alliage…le crime originel fomenté au palais d’HB : l’assassinat de Thomas).

La crise qui a frappé dernièrement la C.I. (le Mouvement patriotique de Côte d'Ivoire (MPCI, le MJP, le MPIGO), c'est aussi grâce à Charles Taylor. Taylor n’est  pas comme dit Ondimba Bongo, le vieux doyen des dictateurs fantôche (lui qui dernièrement a bradé son pays à la Chine, en échange d’une bouchée de miettes) ‘blanc comme neige’ l'avènement du MPIGO et du MJP (les appendices du MPCI qui ont fomentés les brèches à l'Ouest de la C.I. Le saigneur (seigneur) de Monrovia a financé et fourni plusieurs milliers de combattants au MPCI. Si le soutien de Taylor est avéré, son partenariat avec l'autre parrain de la zone : Blaise Compaoré est indéniable...

Pour concrétiser son œuvre les services de son homologue burkinabé était nécessaire, entraînement, financement, organisation. Ce ne sont que les aspect d’une longue et fructueuse collaboration entre deux larrons sanguinaires dont comme rappelés plus haut on débuté en 1987 avec le meurtre du leader Sankara, intègre au panthéon de l’intégrité. C’est clair désormais que les ex-rebelles de Soro et compagnie sont partis d’une base arrière établi de longue date au Burkina Faso. Le politologue français Michel Galy a démontré  que les éléments du MPCI qui ont attaqués l'Ouest de la Côte d'Ivoire sont arrivés par le Faso…

C’est évident que Blaise Compaoré et Charles Taylor, sont plus des chefs de gangs qui instrumentalisent la violence en tirant les ficelles d’une déstabilisation dans des pays frères. Cependant, ce réseau de la terreur qu’ils ont mis sur pied profite en premier lieu... à l’ancien colonisateur qui désormais tire les mêmes fruits d’une domination maintenue mais avec un visage angélique. Se targuant d’un changement de la donne au lendemain des indépendances, la France et l’Occident dans sa grande majorité continue de mener ce jeu de pantin désarticulés qui pour un semblant de pouvoir détruise et brade leur continent, ces falsificateurs, charlatans ne cesseront cette morne complainte que lorsque nous africains seront en mesure de nous révolter pour les bouter hors et loin de notre terre meurtri. L’Afrique s’est remise de nombreuses souffrances aujourd’hui, il faut que ses fils véritable et tous ceux qui l’aiment oublie leurs querelles intestines que ses détracteurs, ennemis intimes orchestre et ensuite attisent afin de maintenir la zizanie et la honte. Assez des courbatures et de la commisération, assez de la domination de l’Occident et de la tutelle des institutions internationales, assez de la dictature et du pacte néo-colonial, ASSEZ, Afrique, réveille tes fils et renaît de tes cendres car les paroles et les écrits des Sages sont encore présente en tes fils…Sundjata Keita, Samory Touré, Cabral, Lumumba, Sankara, …la liste est longue de ces fils véritables victime des rebuts d’une humanité perdu au nom du profit. ‘L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort’.

Après cet interlude d’espoir, rappelons pour conclure que si Blaise et Taylor ont organisés un réseau de trafic : armes-diamants, les premiers fabricants d’armes ne sont pas des africains et comme disait Thomas, ‘lorsqu’un africain achète une arme, c’est pour l’utiliser contre un autre africain’, les consommateurs de diamants les plus patentés ne sont pas des africains… cessons de brader nos ressources et de pervertir notre âme avec la haine et son pendant (la guerre, la division)… Enfin ce duo de la mort, déstabilisateur n’est pas seulement dénoncé par les associations humanitaires mais par de nombreux rapports d'organismes internationaux, dont l'ONU. 

Soyons honnête et regardons la vérité en face, l'on ne peut faire le procès de Charles Taylor en épargnant Blaise Comparé. Ce duo a contribué activement à la déstabilisation de la sous région ouest-africaine. Blaise dans la dernière crise ivoirienne n’a jamais clairement démenti son soutien et sa participation. Il s’est même targué, d’avoir informé les autorités ivoiriennes de la présence d'anciens soldats ivoiriens au Burkina Faso, lui qui fut un temps l’ami de Laurent Gbagbo. Désormais Blaise peut dire, triste consolation, que le Burkina est un exportateur de café-cacao en Afrique de l'Ouest ... le clan restreint de la pyramide de prédation pour utiliser un terme plus conforme… 

Thomsank…. 

Posté par thomsank1 à 04:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Charles Taylor et Blaise Compaoré, un lien de sang ?

Nouveau commentaire